La Gigantomachie

Une grosse baston

C’est le nom donné à une grosse baston. Elle a opposé les géants, fils d’une divinité primordiale aux Dieux, Déesses et quelques autres divinités comme les Moires.
Au delà des évocations chez Hésiode et Homère, c’est Apollodore qui en parle le plus et vaguement Ovide.

Les origines

L’origine de la baston n’est pas claire. A la base, les dieux et les Déesses qui se pavanent et se la coulent douce sur l’Olympe énervent les Géants.  La littérature retiendra deux raisons potentielles pour le début de cette guerre, ou plutôt cette campagne d’extermination des Géants par le Déesses et les Dieux.

La première est celle d’un vol dans le palais d’Hélios par Alcyoneus. Un peu exagéré de commencer une guerre pour ça.

L’autre, c’est Héra qui s’est fait violer par Eurymedon. Là on comprend vachement plus le concept de guerre!

Quoi qu’il en soit, les géants se sont fait défoncer. La bataille d’une violence inouie a par exemple modifié une ile (Poséidon qui balance un bout de l’ile de Kos dans la gueule de Polybotes).

Un bout d’ile

Fin tragique de la première rébellion de toute l’histoire de l’humanité

La plupart de ce qu’il reste de cette bataille dans la littérature sont les mise à mort des géants. Pour pouvoir tuer les Géants, les Dieux et Déesses devaient obéir à une condition : être accompagnés d’un mortel. Héraclès a fait l’affaire!

La Gigantomachie c’est un peu la victoire de l’ordre sur le bordel, de la civilisation sur les barbares. Les Géants, divinités primordiales insensibles aux joies et raffinements de l’Olympe. Donc, en gros bourrins ils ont tentés de montrer qui sont les maîtres, ils l’ont découvert.

Oizès

Oizès est une Déesse assez proche de sa sœur Eris.

Elles sont toute le deux sœurs, filles de Nyx sans qu’il n’y ait de père!

Elle est la Déesse de la détresse, de l’inquiétude, de l’anxiété. Et on devine qu’elle n’a pas eu de descendance.

En gros, quand vous vous sentez mal, elle n’est pas loin.

Elle compte une multitude de frères et sœurs, tous aussi avenants et sympathiques qu’elle.

Tous enfants de Nyx, ont compte les Moires, Charon, les Hespérides, ou encore, voir ici pour une vue globale de cette fratrie de tarés.

Oizès est une divinité pour laquelle il est plus long de lister ses “parents” directs que sa vie!

Momos

Momos est un Dieu mineur du sarcasme: de la moquerie, de la raillerie et des bons mots. Fils de Nyx.

Certainement le Dieu des athées.

Moïra

Moïra est une Divinité personnifiant la destinée. Elle n’a pas de visage, et est le destin. Elle s’impose aux dieux et à tous.

Elle provient des mythes homériques. Hésiode considère les Moires, les tisseuses du destin. Encore une fille de Nyx.

Lyssa

Lyssa, encore une des hystéros de l’Olympe, elle est essentiellement la divinité de la folie furieuse, de la colère et de la frénésie destructrice. Héraclès aurait tué femme et enfants sous le coup de l’emprise de cette Déesse. Elle est une des filles de Nyx, à la hauteur de ses frères et sœurs.

Entre parenthèse, il est impressionnant de voir autant de filles dénudées lorsque l’on fait cette recherche dans google / Images… Il est difficile de trouver des représentation de cette divinité, comme des tableaux ou des photos de poteries!

Dolos

Dolos: Un Dieu mineur représentant la duperie, la supercherie, la tromperie, la ruse, la fourberie, la perfidie et la traitrise. Un mec cool en somme!!! Ses frères et sœurs sont à son image. Il est le fils de Nyx.

Les Méliades

Lorsque Ouranos se fait couper les couilles, des gouttes de son sang on donné, en tombant sur Gaia, les Méliades.

Elles habitent dans les frênes, et protègent les enfants et les troupeaux qui se placent sous leur feuillage.

Elles s’accouplent (!?!) avec les Erinynes pour donner naissance aux géants.

Les Erinynes

Les Erinynes sont aux nombre de trois, pas vraiment aimées de leurs proches frères et cousins, les Dieux.

Elles squattent dans le premier ghetto qui ait jamais existe : le Tartare.

Elles protègent l’ordre établi et persécutent ceux qui font le mal.

Elles sont:

  • Mégère : la Haine
  • Tisiphone : la Vengeance
  • Alecto : l’Implacable
Erinyes Louvre
Clytemnestre essayant de réveiller les Érinyes endormies tandis qu’Oreste (non visible) est purifié par Apollon, cratère apulien à figures rouges, 380-370 av. J.-C., musée du Louvre

 

Apaté

Apaté est une Déesse mineure, fille de Nyx. Elle est la personnification de la duperie, de la perfidie, de la fraude, de la déception, de la tromperie et de la malhonnêteté. Elle est aussi un des maux contenus dans la boite de Pandore. Elle est très copine avec les Pseudologoi (les Mensonges), des mômes de Eris.

Apaté, amphore d‘Ignoto, Musée archéologique nationale de Naples, Italie Photo d‘Araldo De Luca